L’écoulement du sperme pendant le jour à la suite d’un acte sexuel de la veille invalide-t-il le jeûne ?

Question

De la semence peut s’échapper du vagin pendant le jour à la suite d’un acte sexuel ayant lieu la veille … Le jeûne de l’intéressée devient il invalide ? Doit elle prendre un bain rituel pour accomplir la prière ?

Louange à Allah.

Premièrement,
l’écoulement du sperme pendant le jour à la suite d’un acte sexuel de la veille
n’entraîne pas l’invalidité du jeûne de l’intéressée. En effet, on nous a
autorisé à manger, à boire et à avoir des rapports intimes (avec nos épouses)
depuis le coucher du soleil jusqu’au début de l’aube en vertu de la parole
du Très Haut : On vous a permis, la nuit d’ as-Siyâm, d’ avoir des rapports
avec vos femmes; elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement
pour elles. Allah sait que vous aviez clandestinement des rapports avec vos
femmes. Il vous a pardonné et vous a graciés. Cohabitez donc avec elles, maintenant,
et cherchez ce qu’ Allah a prescrit en votre faveur; mangez et buvez jusqu’à
ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’ aube du fil noir de la
nuit. (Coran, 2 :187) Et les ulémas (puisse Allah leur accorder sa miséricorde)
ont précisé que l’écoulement du sperme pendant la journée à la suite d’un
acte sexuel de la veille n’invalide pas le jeûne.

L’auteur d’al- Djawhara
an-nayyira, 1/138, un des ouvrages de référence de hanafites dit :
 si l’auteur d’un acte sexuel craignait l’entrée de l’aube et retirait
son sexe et voyait le sperme s’écouler après le fadjr son jeûne n’en serait
pas moins valide 

L’auteur de Hachiyat
Ad-Dussûqi (1/523), un des ouvrages de référence des malikites dit :
 si l’on voyait le sperme s’écouler après le fadjr à la suite d’un acte
sexuel accompli dans la nuit, il paraît que cela n’a aucune incidence sur
le jeûne de l’intéressé. C’est comme celui qui met du Cohl dans ses yeux au
cours de la nuit puis sent cette matière lui traverser la gorge pendant le
jour .  Un avis similaire est exprimé dans charh Mukhtassar al Khalil,
2/249.

Dans al-Madjmou’
(6/348), An-Nawawi, un chafiite, dit :  Si, après avoir commencé
l’acte sexuel avant l’aube, on l’interrompt au début de l’aube ou peu après
l’entrée de l’aube et si plus tard, l’éjaculation en découle, cela n’invalide
pas le jeûne de l’intéressé puisque l’écoulement du sperme résulte, dans ce
cas, d’un acte licite et ne nécessite rien. C’est comme si l’on coupait la
main à quelqu’un au nom de la loi et qu’il en meure par la suite 

Deuxièmement,
si après l’acte sexuel, on prend un bain rituel puis on voit du sperme s’écouler
après le bain, on ne le refait pas. Car un seul motif n’entraîne pas deux
bains rituels. Mais si le deuxième écoulement s’accompagne d’une nouvelle
sensation de plaisir, la prise d’un bain s’impose. Ceci a déjà été expliqué
dans le cadre de la réponse aux questions
n°44946 et 12352.

Allah le sait
mieux.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top