Le statut du jeûne des jours de tashriq

Question

Comment juger l’acte d’un homme qui a jeûné les 11e et 12e jours du 12e mois lunaire (Dhoul Hidjdja)?

Louange à Allah.

Les 11e,
12e et 13e jours du 12e mois lunaire sont appelés jours
de tashriq. Il a été rapporté de façon sûre que le Prophète (bénédiction
et salut soient sur lui) a interdit de les jeûner. Et il ne l’a autorisé que
pour les pèlerins ayant opté pour le pèlerinage interrompu (tamatou’)
ou le pèlerinage discontinu (qirane) et qui n’ont pas de bête à sacrifier.
Mouslim a rapporté (n°1141) d’après Nouyshata al-Houdhali (P.A.a) que le Messager
d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : Les jours de tashriq
sont des jours où l’on doit manger, boire et rappeler Allah. Ahmad (n°16081) a rapporté d’après Hamzata Amr al-Aslami
(P.A.a) qu’il avait vu un homme monté sur un chameau et qui suivait les gens
à Mina, en présence du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui)
L’homme disait: Ne jeûnez pas pendant ces jours. Car c’est un moment où
l’on doit manger et bire. (Déclaré authentique par al-Albani dans Sahih ql-Djami,7355)

Ahmad et Abou Dawoud
ont rapporté respectivement (sous les numéros 17314 et 2418) d’après Abou
Moussa, l’affranchi d’Umm Hani qu’il était entré en compagnie d’Abdallah ibn
Amr chez ce dernier et il leur offrit de la nourriture et dit:

Mnagez.

Je suis en jeûne.

Mangez! Ces jours
sont un moment où le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui)
nous ordonnait de ne pas observer le jeûne.

Malick a dit :
Il s’agit des jours de tashriq. Déclaré authentique par al- Albani
dans Sahihi Abou Dawoud.

Ahamad (n°1459)
a rapporté que Saad ibn Abi Waqqas (P.A.a) a dit : Le Messager d’Allah (bénédiction
et salut soient sur lui) m’a donné l’ordre d’annoncer au cours des jours de
Mina que pendant ce jours on doit manger et boire. Donc, pas de jeûne. Il s’agi des jours de tashriq.Le vérificateur
d’al-Mousnad dit: hadith authentique parce que corroboré (par d’autres)

Al-Boukhari (n°1998)
a rapporté qu’Aîcha et Ibn Omar (P.A.a ) ont dit : Nul n’a été autorisé
à jeûner les jours de tashriq ,à l’exception du pèlerin qui ne dispose
pas de bête à sacrifier.

Ces hadiths et
d’autres indiquent l’interdiction de jeûner les jours de tashriq. C’est
pourquoi la plupart des ulémas soutiennent qu’il n’est pas juste d’y observer
un jeûne surérogatoire…Quant à leur jeûne en remplacement de jours du Ramadan,
certains ulémas le jugent permis. Mais c’est le contraire qui est juste.

Dans al-Moughni
(3/51) Ibn Quadama (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit: « Il n’est pas permis de le jeûner à titre surérogatoire
selon l’avis de la majorité des ulémas. Il est rapporté cependant qu’Ibn Zoubayr
les jeûnait. Et une attitude similaire a été rapportée aussi d’Ibn Omar et
d’al-Aswad ibn Yazid. Il est aussi rapporté qu’Abou Talha ne rompait son jeûne
qu’au cours des journées des Deux Fêtes. Il semble toutefois que l’interdiction
de jeûner ces jours ne leur était pas parvenue. Car s’ils l’avaient apprise,
ils s’y seraient conformés.

Quant au fait de
les jeûner à titre obligatoire, il fait l’objet de deux versions; l’une va
dans le sens de son interdiction, compte tenu de la prohibition qui l’assimile
aux jours des Fêtes. L’autre va dans le sens de sa permission, compte tenu
de ce qui a été rapporté d’après Ibn Omar et Aïcha, à savoir qu’ils auraient
dit : le jeûne des jours de tashriq n’est autorisé qu’au
pèlerin non muni d’une bête à sacrifier. C’est – à -dire le pèlerin ayant opté pour le pèlerinage
interrompu. Ce hadith est authentique. Car il est rapporté par al-Boukhari.
Le raisonnement par analogie permet de s’y référer pour justifier tout jeûne
obligatoire. L’avis retenu dans la doctrine hanbalite est qu’on ne peut pas
y effectuer le jeûne en remplacement de celui du Ramadan.

Voir Kashshaf
alquinaa,2/342.

Quant à leur jeûne
par les pèlerins autorisés, il s’atteste dans le hadith précédent rapporté
d’Aïcha et d’Ibn Omer.C’est aussi conforme aux doctrines malikite et chafiite
(selon l’ancienne option de cette dernière).Les Hanafies et les chafiites
(dans leur dernière option) soutiennent qu’il n’est pas permis de les jeûner.
Voir al-Mawsûaa al-fiqhiyya,7/323.

L’avis le mieux
argumenté reste le premier qui permet leur jeûne au pèlerin qui ne dispose
pas d’une bête à sacrifier.

Dans al-Madjmou’, 6/486,
an-Nawawi (puisse Allah lui accoder Sa miséricorde) dit: Sachez que l’avis
le plus juste pour nos condisciples est la nouvelle option selon laquelle
aucun jeûne ne peut être observé ni par le pèlerin ni par un autre. Toutefois,
l’avis le mieux argumenté est que le jeûne est valide pour le pèlerin ayant
opté pour le pèlerinage interrompu. Car il un hadith authentique le lui autorise,
comme nous l’avons expliqué. C’est assez clair pour qu’on ne s’en détourne
pas.

En somme, il n’est
permis de jeûner les jours de tashriq ,ni à titre obligatoire ni à
titre surérogatoire, que pour le pèlerin ayant opté soit pour le pèlerinage
interrompu, soit pour le pèlerinage ininterrompu, s’il n’a pas de bête à sacrifier.

Cheikh Ibn Baz
(puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Il n’est pas permis de
jeûner le 13e jour du 12e mois lunaire, ni à titre obligatoire
ni à titre surérogatoire. Car on doit manger, boire et rappeler Allah pendant
ces jours et parce que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a
interdit de les jeûner et ne l’a autorisé qu’au pèlerin dépourvu de bête à
sacrifier.»Madjmou’
Fatawa Ibn Baz,15/381

Cheikh Ibn Uthaymine
dit :« Les jours de tashriq sont les trois jours suivant la fête du
Sacrifice. On les appelle ainsi car les gens y exposaient des tranches de
viande au soleil, histoire de les faire sécher, et pour éviter qu’elles ne
pourrissent pendant leur conservation. C’est à propos de ces trois jours que
le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) dit: les jours
de tashriq sont des jours pendant lesquels on doit manger, boire et
rappeler Allah le Puissant et Majestueux. S’il en est ainsi, il est donc
question légalement de manger, de boire et de rappeler Allah.Aussi ne sont
ils pas un temps pour observer le jeûne. C’est pourquoi Ibn Omar et Aïcha
(P.A.a) ont dit: N’est autorisé à jeûner les jours de tashriq que
le pèlerin n’ayant pas de bête à sacrifier.C’est – à – dire les pèlerins ayant opté soit pour le
pèlerinage interrompu, soit pour le pèlerinage ininterrompu.Ceux-là jeûnent trois jours pendant le pèlerinage et sept à leur
retour chez eux. L’un et l’autre pèlerin peut observer le jeûne en as de non
possession d’une bête à sacrifier. Et ce pour que le temps du pèlerinage ne
s’écoule pas avant qu’il n’ait jeûné les trois jours. En dehors de ce cas,
il n’est permis à personne de les jeûner, même pas pour quelqu’un qui a à
effectuer le jeûne de deux mois successifs. Même celui-là doit observer une
pause pendant le jour de la fête et les trois jours suivants. Et puis il reprend
le jeûne Madjmou’ fatawa d’Ibn Uthaymine,
20/419.

Cela étant,quiconque
jeûne la totalité ou une partie des jours de tashriq, à l’exception
des pèlerins autorisés, doit solliciter le pardon d’Allah Très Haut pour avoir
commis un acte interdit par le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui).
S’il l’a fait en remplacement de jours non jeûnés du Ramadan, cela ne suffit
pas, et il doit jeûner encore.

Allah le sait mieux.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top