Il est entré dans la mosquée alors que l’imam était debout

Question

Si j’entre dans la mosquée à un moment où l’imam, encore debout, récite le Coran, devrais-je prononcer l’invocation préliminaire ou réciter la Fatiha directement ?

Louange à Allah.

Si
quelqu’un entre alors que l’imam récite la Fatiha, il doit effectuer le takbir
d’entrée puis observer une pause jusqu’à ce que l’imam termine la récitation
de la Fatiha, car celui qui prie sous la direction d’un imam doit écouter
attentivement la récitation faite par son imam. Et il ne doit pas s’en détourner
pour s’occuper d’autre chose comme la récitation de l’invocation préliminaire
ou de la formule de demande de protection divine.

Voir
Madjmou al-Fatawa, 23/280.

Cet
avis selon lequel le fidèle concerné ne doit ni réciter l’invocation préliminaire
ni prononcer la formule de demande de protection est le plus juste des avis
émis sur la question, s’il plaît à Allah. C’est aussi l’avis choisi par Cheikh
al-islam Ibn Taymiyya (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde), comme cela
est indiqué dans Madjmou al-Fatawa, 22/341 et 23/281 parce que l’avis
repose sur un argument solide. En effet, le Prophète (bénédiction et salut
soient sur lui) a dit :  L’imam n’est là que pour être imité ;
quand il prononce le takbir  (Allah akbar), faites-en de même
et quand il récite le Coran, taisez-vous  (rapporté par Mouslim, 404
et par an-Nassaï, 921).

Quand
l’imam termine la récitation de la Fatiha, le fidèle priant sous sa direction
prononce l’invocation préliminaire puis la demande de protection puis la basmala
(au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux) puis la Fatiha. S’il ne peut
pas faire tout cela avant que l’imam ne reprenne la récitation, il se passe
de l’invocation qui n’est qu’une sunna et prononce les éléments suivants en
vertu de la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) à propos
de la récitation du Coran (pour celui qui prie sous la direction d’un imam) :
 Ne récitez que la mère du Coran (la Fatiha) car nul ne peut prier correctement
sans la réciter  (rapporté par at-Tirmidhi, 311 et déclaré authentique
par al-Albani dans Sahihi at-Tirmidhi.

Cette
explication est fondée sur l’avis selon lequel celui qui prie derrière l’imam
a l’obligation de réciter la Fatiha dans les prières à récitation audible,
avis qui demeure le plus juste, compte tenu de la portée générale de la parole
du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) :  Nul ne peut
prier correctement sans la récitation de la Fatiha  (rapporté par al-Boukhari,
756). La négation porte sur la validité.

Voir
la question n° 10995.

Si l’on entre dans la mosquée
alors que l’imam dirige une prière à récitation inaudible, on prononce le
takbir d’entrée puis l’invocation préliminaire puis la demande de protection.
Et puis on récite la Fatiha si on peut la terminer  avant que l’imam ne se
mette en posture de génuflexion, afin d’obtenir le mérite lié à la récitation
de ces éléments. S’il ne peut pas les réciter tous avant que l’imam ne se
mette en posture de génuflexion, qu’il se contente de la récitation de la
Fatiha immédiatement après la prononciation du takbir d’entrée puisque
l’on doit donner la priorité à ce qui est obligatoire.

Voir
Mouhgni al-mouhadj 1/257 et Talbis Iblis, p. 161.

Quand
l’imam se met en posture de génuflexion, le fidèle priant sous sa direction
doit cesser la récitation des éléments restants de la Fatiha et faire comme
ce serait le cas s’il trouvait l’imam en posture de génuflexion. Car dans
ce cas, il serait dispensé de la récitation de la Fatiha. On ne doit pas se
laisser distancer par son imam en tenant à terminer debout la récitation de
la Fatiha, compte tenu de la parole du Prophète (bénédiction et salut soient
sur lui) :  Quand il se met en posture de génuflexion, suivez-le 
(rapporté par al-Boukhari, 378 et par Mouslim, 414).

Cheikh
ibn Baz (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « La
récitation de l’invocation préliminaire est une sunna et celle de la Fatiha
une obligation pour celui qui prie sous la direction d’un imam selon le plus
juste des avis des ulémas. Si l’on craint de ne pouvoir terminer la récitation
de la Fatiha, on commence par elle. Si l’imam se met en posture de génuflexion
avant qu’on puisse terminer la récitation, on doit le suivre puisqu’on est
dispensé de la récitation du reste, compte tenu de la parole du Prophète:
 L’imam n’est là que pour être imité ; ne vous démarquez pas de
lui. S’il prononce le takbir d’entrée, faites-le et s’il se met en
posture de génuflexion, suivez-le  (cité dans les Deux Sahih).

Madjmou
Fatawa Ibn Baz, (11/243-244).

Allah
le sait mieux.

Voir
encore : ahkamou houdhouwi al-massaadjid, par Cheikh Abd Allah ibn Salih al-Fawzan. P. 139-141.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Scroll to Top